Incroyable ! Alors qu’il n’a même pas pris ses fonctions en tant qu’ambassadeur de la République Française en Tunisie, Olivier Poivre d’Arvor, figure de proue de la nouvelle culture française, romancier réputé, homme de théâtre et de poésie, en plus des grandes fonctions qu’il a jusqu’alors occupées, a essuyé un feu nourri, de la part de certains médias tunisiens, notamment francophiles, et connus pour leur proximité avec l’ambassade de France et son centre culturel, sur la base d’une déclaration qu’il a faite lors de la conférence des ambassadeurs de France où il avait confirmé les axes de sa mission, notamment assurer la sécurité de ses citoyens résidant en Tunisie, qui est somme toute la mission de tout ambassadeur qui se respecte et défend les intérêts de son pays. Le mot qui a provoqué l’ire de nos pseudos nationalistes à la petite semaine serait, que la Tunisie est un pays « fournisseur » de Djihadisme ! Le déchaînement médiatique qui s’en est suivi, visant un ambassadeur qui n’a pas encore mis les pieds sur notre sol, n’a pas de précédent dans l’histoire diplomatique de notre pays, au nom d’une soit disant atteinte à la souveraineté. De quelle souveraineté parlez vous ? Celle qui a fini définitivement par nous affilier à l’OTAN en tant que non membre ? Celle qui a transformé l’ambassadeur d’un pays ami en pro-consul devant lequel rampaient hommes politiques et de médias ? Celle qui nous a rendu complètement dépendant des injonctions du F.M.I et de la Banque mondiale ? Celle qui a rendu notre sécurité dépendante totalement de l’étranger ?

Oui la Tunisie est un pays fournisseur de Djihadistes 

Ne sont-ils pas les différents ministres de l’intérieur dans les gouvernements précédents qui ont révélé le chiffre de 13 000 jihadistes tunisiens qui combattent en Syrie, Libye et l’Irak etc.. ? Le pays n’est-t-il pas fournisseur de terroristes, dont le dernier a provoqué le massacre de Nice ? Trêve d’hypocrisie, notre pays est « fournisseur » de terroristes pour toute la planète. N’est ce pas l’ex Président provisoire de cette piteuse Tunisie qui exhortait les jeunes à aller combattre en Syrie, le régime d’al Assad ? Avons nous oublié les ministres et les dirigeants d’Ennahdha qui prêchaient pour la guerre sainte en Syrie ? Pourquoi voulez vous alors qu’un ambassadeur d’un État souverain, la France, pays ami et allié de la Tunisie contre le terrorisme et qui fût ensanglanté par d’horribles attentats meurtriers ne considère pas que protéger ses citoyens en Tunisie est le premier de ses devoirs ? Olivier Poivre d’Arvor a fait ici non seulement preuve de patriotisme mais d’une détermination sans faille de combattre le terrorisme. A moins d’être de mauvaise fois, la déclaration de O.P.D.A, signifie qu’il fera tout ce qui est en son pouvoir de diplomate pour que l’Etat tunisien protège les ressortissants français, comme elle protège ses propres citoyens. Cela signifie aussi que le nouvel ambassadeur accorde la priorité à la question sécuritaire et à la lutte contre le terrorisme, combat commun des deux pays meurtris et endeuillés par des actes barbares commis par les terroristes islamistes. En défendant son pays OPDA défends aussi la Tunisie, même s’il n a pas usé de la traditionnelle langue de bois diplomatique comme le faisaient ses prédécesseurs.

Un grand homme de culture

En dehors de ses fonctions d’ambassadeur O.P.D.A est aussi un grand ami de la Tunisie et surtout de la culture tunisienne. Il sera de ce fait l’ambassadeur de la culture tunisienne auprès de la France, nous en somme sûrs, comme le sont d’autres amis  Frédéric Mitterrand, Jack Lang, Jean Daniel et d’autres et comme l’étaient Séguin, Jean Lacouture et Charles-André Julien. Les ignares qui ont commencé à tirer à boulet rouge sur un ami de la Tunisie ne se sont même pas demandé ce qu’il apporte dans « ses valises » au moins pour la culture tunisienne. Ils ignorent déjà pourquoi la France a opté enfin pour la diplomatie culturelle dont OPDA est un illustre représentant pour la France. Que ce pays avec lequel nous sommes liés historiquement, politiquement, culturellement, et surtout économiquement plus que tout autre pays choisisse de nous envoyer un de ses plus illustres hommes de culture, comme jadis à l’époque de Bourguiba elle nous a envoyé un Éric Rouleau, cela signifie que la France a décidé de réorienter sa diplomatie à l’égard de la Tunisie et du monde arabe. N’oublions pas que la France comme l’a dit Jean-Pierre Chevènement n’a plus depuis De Gaulle de politique arabe. Puisse cette nomination signifier un nouveau réveil vers ce monde en pleine turbulence. Nous connaissons personnellement Jean-Marc Ayrault, l’actuel ministre des affaires étrangères, lorsqu’il était Maire de Nantes et que nous officions comme Consul Général à Paris, pour affirmer qu’il connaissait bien la Tunisie et surtout les tunisiens qui constituaient une colonie d’élite dans cette région de la France profonde. Il est donc plus que nécessaire que nous sachions profiter de cette proximité qu’ont les deux hommes pour impulser surtout la coopération économique et l’investissement et pour veiller aux intérêts des tunisiens en France qui comptent plus de 700.000, sur le territoire de l’Hexagone.

Alors, les apprentis journalistes et les apprentis diplomates taisez vous quand vous parlez. Ceux qui vous manipuleraient pour organiser une cabale contre un vrai ami de la Tunisie doivent bien rire !