Sans vouloir jouer le prophète de mauvaise augure, nous avons annoncé depuis plusieurs mois la mort de Nidaa, non pas la structure partisane, mais « l’esprit » de Nidaa, depuis la fameuse rencontre de Paris entre les deux patriarches, car, Nidaa a été crée, dans la tête de la majorité de ses fondateurs (sauf B.C.E) pour faire évacuer Ennahdha et ses satellites du pouvoir et maintenir ce parti, en cas de victoire loin de ce dernier. Or le prix payé pour «  la victoire » électorale de Nidaa était, dès cet instant, de partager le pouvoir avec son ex-ennemi et actuel concurrent, quelque soit le verdict des urnes. Ainsi le voulaient les Dieux de la politique internationale qui siègent sur l’Olympe à Washington. Or on ne badine pas avec les Dieux et Ennahdha en sait quelque chose lorsque ce parti avait trahi ses engagements d’avant 2011. En plus, ce Parti, cousu sur mesure pour son fondateur et son patron d’hier et d’aujourd’hui, portait en lui même les germes de sa destruction. A un malheureux candidat aux présidentielles dès le premier tour, qui m’avait demandé ce que je pensais de l’avenir de Nidaa après sa victoire écrasante aux législatives, j’avais répondu, que ce parti explosera en vol dès qu’il sera au pouvoir et disparaîtra avec la disparition de son fondateur (après une longue vie), car sans B.C.E, il n’ y’ aurait jamais eu et il n’y’ aura pas de Nidaa et tous les autres cadres ou dirigeants s’ils ne se transforment pas en courtisans, comme dans la cour de la Sublime Porte et dans tous les États d’extraction ottomane, n’auront aucune place ni aucun avenir dans cet Arche de Noé. Seuls les courtisans malicieux et machiavéliques survivront à l’implacable loi des intrigues et des complots. Donc pour survivre, il faut être prêt à commettre le fratricide et se transformer en tueur et le malheureux spectacle qu’offre, les différents protagonistes dans le conflit de Nidaa qui s’extirpent et s’entre déchirent, prouve que le ver était dans le fruit dès la naissance de Nidaa et il va continuer à l’être car après cette première grande fracture, il y en aura d’autres et les coalisés aujourd’hui autour de B.C.E et son fils, continueront à êtres sacrifiés un à un jusqu’à la fin de … C’est plus qu’une loi du genre, c’est une malédiction. Cette même malédiction avait frappé Les cours de Bourguiba, Ben Ali, Marzougui et frappe actuellement B.C.E. C’est la malédiction de Carthage ! Et Nidaa n’est plus qu’un rouage de Carthage. Le reste c’est de la littérature pour berner les incrédules.

Obama, le gourou de Nidaa ?

Bien que je soupçonnais « la main » de Washington derrière le lancement et la « promotion » de Nidaa, je n’aurais jamais cru qu’Obama lui même suivait d’aussi prêt les affaires de Nidaa, si ce n’était B.C.E lui même qui l’avait affirmé à deux reprises. Voulant se « justifier » quant à son  « ingérence » dans les luttes internes de Nidaa, ce qui est par ailleurs un secret de polichinelle, B.C.E a affirmé, devant un parterre d’hommes d’affaires médusés, que le grand « patron » des américains lui même l’aurait interpellé à propos de la situation de luttes gravissimes au sein de Nidaa. A croire qu’Obama n’a rien d’autre à faire que de s’occuper de l’avenir des enfants de B.C.E (génétique et spirituel), mais tel est semble t-il la vérité crue, si non on aurait eu un démenti en bonne et du forme, de la maison blanche si non de l’ambassade US à Tunis. Personnellement et malheureusement, je crois que B.C.E a dit vrai ! Que le chef de la plus grande puissance du monde s’émisse dans les affaires même de Nidaa, que dire alors des affaires du pays ? On a envie de crier Bourguiba réveilles toi !! Ils sont devenus fous ! Pour un parti qui se dit bourguibiste donc forcément souverainiste c’est le comble ! Et ce n’est pas la seule preuve de l’implication des américains dans les affaires de Nidaa. Quelques jours auparavant, c’est le B.C.E junior qui nous informe via une des chaînes TV, sous son contrôle, que le Secrétaire Général de son propre parti avait descendu en flèche le fondateur de son parti (BCE) devant des hauts responsables américains, crime de laize majesté, et a cité comme preuve un rapport envoyé par notre ambassade à Washington à sa hiérarchie qui l’aurait probablement envoyé à BCE ! Pincez moi je rêve ! C’est hallucinant ! Une République dites vous ? Je n’oserais même pas la qualifier de b… Mais que fait un tel rapport, s’il a existé aux mains de Junior ? Encore plus, pourquoi la Haïca n’a pas réagi à la divulgation d’un secret d’Etat ? Depuis quand, on s’autorise à divulguer sur la place publique des rapports aussi confidentiels, qu’ils soient faux ou vrais ? Rappelez vous de Dick Cheney traduit devant la haute court américaine après un dérapage moins grave. Ce sont nos « amis » américains qui doivent rougir de honte à notre place. C’est pour de tels actes irresponsables qu’ils ont peut être cru bon « d’intervenir » pour limiter la casse, sachant que, le « modèle tunisien » est le seul et le dernier argument qui leurs reste pour justifier leur catastrophique intervention dans le monde arabe qui a engendré Daëch, et qu’ils ont intitulé pompeusement « Le Printemps arabe ». Toujours est-il que les américains et accessoirement certains pays européens ne prennent même plus la peine de dissimuler leurs interventions comme on l’a vu le long du séjour de leur ex-ambassadeur Jacob Dallas. L’on sait qu’ils font la même chose pour Ennahdha, dans des interminables rencontres avec son chef et ses adjoints. Mais le chemin de l’enfer est pavé de bonnes intentions. Ceux des américains ne coïncident forcément pas avec nos intérêts nationaux, soient-t-ils enrobés dans des prix Nobel ou autres prix servis de plus en plus à nos leaders politiques ou de la société civile, pour acheter les consciences.

Si l’on comprends bien BCE, même la « solution » proposée par lui pour résoudre le problème « Nidaa » aurait la bénédiction de la maison blanche ? C’est ce que du moins nous avons cru comprendre, puisqu’il a déclaré qu’on lui a demandé « d’arbitrer » le « conflit entre les deux clans » et qu’on l’a rendu responsable personnellement ! Or le hic est comme par hasard, l’«arbitrage » favorise mieux le clan de son fils. Cela veut-il dire que les américains n’ont rien contre le « tawrith » ? En tout cas même le comité dit « neutre » nommé par lui même et composé d’illustres inconnus a fait une proposition qui a vite fait « flop » ! Drôle d’arbitrage ou l’arbitre marque des buts en faveur du camps de son propre fils ! Mais n’est ce pas la « Révolution »  ou tous les rêves sont permis soient-t-ils les rêves monarchiques ?