Le réseau social américain Facebook a dépassé pour la première fois jeudi la barre des 300 milliards de dollars de valorisation boursière, au lendemain de résultats trimestriels meilleurs que prévu qui ont propulsé son action à un nouveau record historique. Le titre Facebook a terminé la séance sur un gain de 4,64% à 108,76 dollars, un nouveau sommet en clôture. Cela donne au groupe une valorisation d’environ 306 milliards de dollars, lui permettant de faire jeu quasi égal avec le géant de la distribution en ligne Amazon (307 milliards) et de dépasser un poids lourd industriel comme General Electric qui frôle les 300 milliards.

Le club des entreprises valant plus de 300 milliards de dollars à Wall Street est assez restreint et la majorité de ses membres sont issus du secteur technologique.

Ils sont emmenés par Apple, première capitalisation boursière mondiale avec 674 milliards de dollars, suivi par Alphabet (ex-Google, 523 milliards) et Microsoft (434 milliards). Viennent ensuite le géant pétrolier ExxonMobil (353 milliards) et Berkshire Hathaway, la holding de Warren Buffett (337 milliards).

Facebook avait connu une période difficile après son entrée en fanfare à Wall Street en mai 2012, tombant jusqu’à un plus bas historique en clôture de 17,73 dollars le 4 septembre 2012. Il a toutefois nettement redressé la barre depuis, et l’action a battu record sur record ces derniers mois.

Le groupe a publié mercredi soir des résultats dépassant les attentes du marché sur toute la ligne pour le troisième trimestre, où il a atteint 1,55 milliard d’utilisateurs dont plus d’un milliard se connectant tous les jours tandis que son chiffre d’affaires a grimpé de 41% à 4,5 milliards de dollars.

Le moteur de croissance du groupe, à savoir la publicité mobile, continue de tourner à plein régime et représente désormais 78% de ses recettes publicitaires totales, mais Facebook gagne aussi du terrain dans la vidéo avec plus de 8 milliards de vidéos visionnées par jour par son intermédiaire.

Selon AFP