La commission pour les affaires étrangères du «Congress» se réunira le 14 juillet pour examiner la « Fragile transition démocratique en Tunisie » et écouter des experts évaluer la situation fragile de la transition démocratique.

Cette réunion est la suite logique de la déclaration officielle de la Tunisie comme un « allié des USA, en dehors de l’OTAN », par les USA. Selon, Ileana Ros-Lehtinen, la présidente de la commission, dans une déclaration publique pour expliquer la tenue urgente de cette réunion : « L’avenir de la Tunisie est loin d’être certain, mais il demeure, pour l’intérêt national US que ce pays d’Afrique du Nord arrive à compléter sa transition vers la démocratie et de faire face adéquatement à la menace provenant des radicaux et des extrémistes comme l’État islamique et autres groupes ». La réunion viserait selon Mme Ros- Lehtinen à «identifier les domaines où les USA pourront aider à sécuriser l’avenir de la Tunisie ». Rappelons d’autre part que le Congrès américain avait déjà avalisé un amendement au budget de la Défense où il considère que la coopération militaire avec la Tunisie est « Une priorité de sécurité nationale » et que la commission des affaires étrangères du Sénat avait envoyé une lettre au Président Obama l’exhortant à établir « a multi-year aid programm for Tunisia ».