Barack Obama a assuré mercredi François Hollande que les Etats-Unis respectaient leur engagement de ne plus l’écouter après de nouvelles révélations sur la surveillance menée par les services américains sur trois chefs de l’Etat français de 2006 à 2012.

Le président français a appelé son homologue américain après une nouvelle salve de Wikileaks sur les activités de la NSA, relayée par le journal Libération et le site Mediapart.

« L’échange a été l’occasion d’une mise au point sur les principes qui doivent gouverner les relations entre alliés en matière de renseignement », dit l’Elysée dans un communiqué.

Barack Obama « a réitéré sans ambiguïté son engagement ferme, intervenu en novembre 2013 après l’affaire Snowden, et déjà rappelé lors de la visite d’Etat de février 2014, d’en terminer avec les pratiques qui ont pu avoir lieu dans le passé et qui étaient inacceptables entre alliés », ajoute ce document.

Dans l’entourage de François Hollande, on explique que le président américain lui a dit : « On ne le fait pas, on ne le fait plus, on ne le fera plus, je te le garantis. »

L’exécutif français avait auparavant exprimé sa colère après la publication des informations selon lesquelles les services secrets américains avaient écouté les présidents Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande entre 2006 et 2012.

François Hollande a réuni un conseil de défense et décidé d’envoyer à Washington le coordinateur du renseignement français Didier Le Bret et le directeur général de la sécurité extérieure (DGSE) Bernard Bajolet, pour faire le point avec les Américains.

L’ambassadrice américaine Jane Hartley a été convoquée par les Affaires étrangères mercredi après-midi.

« Il s’agit de faits inacceptables qui ont déjà donné lieu à des mises au point entre les Etats-Unis et la France, notamment fin 2013, au moment des premières révélations », a déclaré la présidence dans un communiqué après le conseil de défense.

Allié loyal mais pas aligné

Il n’est pas question de rupture diplomatique, a pris soin de préciser le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, qui a invoqué le combat commun contre la menace terroriste et les liens historiques entre la France et les Etats-Unis.

Pressé par la majorité et l’opposition de réagir avec fermeté, le Premier ministre, Manuel Valls, a néanmoins dit à l’Assemblée nationale que la pratique des écoutes était « une très grave violation de l’esprit de confiance » entre alliés.

« Il est souhaitable qu’entre alliés un code de bonne conduite soit établi en matière de renseignement et de respect de la souveraineté politique », a-t-il déclaré, ajoutant que « la loyauté n’est pas l’alignement ».

Selon Reuters