Avant même que cette jeune association, créée à l’initiative de son Président Farouk Mellouki avec d’autres figures de la société civile, des juges, des militaires à la retraite, des universitaires et des militants, ne tienne sa conférence de presse le Mercredi 6 Mai, voilà qu’on commence à lui tirer dessus faisant feu de tout bois, l’accusant d’être un cache sexe d’irréductibles éradicateurs. Des figures de second plan d’Ennahdha, et les réseaux sociaux sous son contrôle tentent de créer un levé de bouclier, allant jusqu’à accuser des fondateurs d’antireligieux. Méthode habituelle pour intimider les adversaires et jeter l’amalgame. Les médias, notamment les plateaux tv, toujours à la recherche du sensationnel, ont fait le reste jusqu’à inviter un illustre inconnu, enseignant d’éducation religieuse de son état, pour distiller son fiel sur les fondateurs et les accuser de « laïcisme » qui signifie pour lui athéisme avant même que ceux-ci ne développent devant l’opinion publique leur projet qui tient en deux mot : combattre le terrorisme. Cela ne plait vraisemblablement pas à un pan des islamistes notamment au sein d’Ennahda en dépit du discours officiel affiché par ses ténors. On ne peut pas être anti-terroriste à moitié et continuer à tolérer si non à défendre un discours religieux takfiriste.

C’est d’ailleurs le sens qu’on peut donner au document fondateur de l’association SOS Terrorisme qui stipule : « Nous en tant que civils, nous n’avons comme arme pour contrer l’arme tu terrorisme, en plus des manifestations et de la solidarité, que l’arme des mots et de l’écriture. Prononçons nous donc contre le terrorisme traitre et agresseur ! » C’est aussi ce qu’ont confirmé le Président M. Mallouki et le Secrétaire Général Salah Zghidi tout en précisant qu’ils sont prêts à accueillir dans leur association, tout dignitaire religieux qui partage les opinions exprimés dans leur plateforme. La plateforme d’ailleurs désigne comme ennemi « l’Islam Jihadiste » ce que ne semble pas plaire à leurs détracteurs. Pourtant l’article 1 de la constitution est clair : c’est l’Islam qui est la religion du pays pas l’Islam dit jihadiste de Daech, Al-Quaida et autres organisations terroristes. A moins que certains aient une autre lecture de la constitution qu’ils cachent par taqiya.