Julie Gayet, plus connue en Tunisie comme une star de cinéma que comme compagne de François Hollande, Président de la république française et donc de fait première dame de France, a été à Tunis au Bardo pour affirmer son soutient à la Tunisie dans sa lutte contre le terrorisme. Invitée par Syhem Belkhoja, qui organise annuellement le marathon des mots «  Kalima », elle a tenu à exprimer son soutien à la Tunisie en soutenant une manifestation qui symbolise la liberté d’expression et de la création artistique. Elle a même salué Syhem Belkhoja en lançant : « J’ai été bluffée par l’énergie de Syhem. Danseuse, chorégraphe, directrice d’une école de danse pour jeunes défavorisés, elle organisait aussi trois festivals. Je lui ai suggéré de les combiner en un ».

C’est l’indifférence totale de nos médias par rapport à ce soutien, combien précieux, à un moment où l’image de la Tunisie est dangereusement écornée par les Attentats terroristes.

Du côté officiel, de la Présidence du gouvernement ou de Carthage, aucun effort pour « médiatiser » le passage de cette « people » qui fait quotidiennement la Une des magazines et des journaux et qui défraie la chronique en raison de ses rapports avec François Hollande.

Il semble que du côté de Carthage on est indifférent à ce genre d’opportunités, comme il se trouve que les responsables de la communication semblent trop pris pour pouvoir assurer convenablement la « défense » du Président. Quant à la Ministre de la culture, est loin de briller en matière de communication.