La succursale « tunisienne » de l’« Etat Islamique », dénommée « jund al-khilafa » (Les soldats du Califat) a lancé des menaces contre l’armée et la police considérés comme les « suppôts » du Taghout (tyran) à travers son compte Twitter. « Au coeur de Tunis et même dans les places les plus lourdement gardées, nous sommes derrière vous » ont-t-ils proféré.

Le message est illustré par une photo de l’horloge qui trône sur la place du 14 Janvier au bout de l’avenue Habib Bourguiba à 20 m du ministère de l’intérieur.