Un détenu tunisien de 24 ans s’est suicidé vendredi matin à la maison d’arrêt de Varces (Isère), près de Grenoble. Le jeune homme, qui s’est pendu avec ses draps, a été retrouvé mort dans sa cellule vers 7 heures du matin. Il n’a pu être ranimé malgré l’intervention du Samu.

Il avait été placé «sous surveillance spéciale» jeudi après avoir vu un infirmier psychologue «qui s’était inquiété».

Cette surveillance se limitait «à un maton qui regarde par l’oeilleton une fois toutes les deux heures», a regretté l’avocat du détenu, Me Arnaud Lévy-Soussan, estimant que l’administration pénitentiaire n’avait «pas pris les mesures nécessaires».

«On ne peut pas invoquer la fatalité pour masquer le défaut de surveillance», a-t-il ajouté.

En détention provisoire depuis près de deux ans, le jeune homme devait prochainement être jugé par la cour d’assises de l’Isère pour avoir tué un autre tunisien à coups de barre de fer en juin 2013 à Grenoble.