« Il est injuste de dire que le gouvernement Jomaa n’a pas fourni d’effort pour résoudre la crise en Libye », a déclaré dimanche, l’ancien ministre des Affaires Étrangères, Mongi Hamdi, à l’agence TAP, assurant que la diplomatie tunisienne s’est toujours tenue à distance égale par apport à toutes les parties libyennes.

Ces déclarations viennent en réaction à celles de Rached Ghannouchi, président du Mouvement Ennahdha, qui a déclaré dimanche que le gouvernement Jomaa n’était pas impartial envers les gouvernements libyens successifs de Tripoli et n’a pas essayé de les aider à résoudre leurs différents, accusant ainsi l’équipe de Mehdi Jomaa d’avoir pris partie en faveur du gouvernement de Toubrouk à l’Est de la Lybie.

Selon Ghannouchi, cette attitude du gouvernement Jomaa avait poussé les blessés vivant à l’ouest de la Libye à aller se faire soigner en Turquie et en Jordanie. Jomaa aurait interdit à 250 leaders libyens d’entrer en Tunisie, a déclaré Ghanouchi, lançant un appel à la diplomatie tunisienne à prendre part plus activement aux efforts de réconciliation en Libye.