Les chefs de la diplomatie américaine et iranienne ont eu des entretiens « substantiels » mercredi à Genève, à cinq jours de la reprise des négociations entre Téhéran et les grandes puissances pour tenter de sceller un accord sur le programme nucléaire iranien d’ici le 1er juillet. Le secrétaire d’Etat américain John Kerry et le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Zarif ont eu « des entretiens substantiels pendant environ 5 heures aujourd’hui (mercredi) et ont discuté d’un grand nombre de problèmes », a déclaré à Genève un haut responsable américain, membre du Département d’Etat. Peu après son arrivée à Genève, le chef de la diplomatie de Téhéran avait déclaré à la presse iranienne que « de nouvelles propositions doivent être présentées ». « Nous sommes prêts à faire aboutir toutes les questions mais il faut voir si l’autre partie est également prête », a-t-il dit.

Les Occidentaux « en particulier ne doivent pas présenter de nouvelles lignes rouges », avait souligné M. Zarif, sans plus de précisions. M. Zarif doit encore rencontrer jeudi à Berlin son homologue allemand Frank-Walter Steinmeier, et vendredi à Paris son homologue français Laurent Fabius qui, le même jour mais plus tôt, s’entretiendra avec John Kerry, également reçu par le président François Hollande.

Parallèlement, les négociations américano-iraniennes doivent se poursuivre jeudi, vendredi et samedi, à un niveau inférieur. Cette intense activité diplomatique prépare le terrain à la reprise officielle, dimanche à Genève, des négociations entre l’Iran et le groupe P5+1 (USA, Russie, Chine, Royaume Uni, France et Allemagne), sous l’égide de la diplomatie de l’Union européenne.

Conformément à un accord intérimaire conclu en novembre, ils ont désormais jusqu’au 1er juillet 2015 pour sceller un accord général sur le programme nucléaire de Téhéran, qui mettrait fin à plus de dix ans de crise diplomatique.

Selon AFP