Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a soutenu samedi l’idée d’une force régionale de l’Union africaine pour lutter contre les islamistes nigérians de Boko Haram, qui viennent de mener de nouvelles attaques meurtrières dans le nord du Cameroun.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, le Conseil de paix et de sécurité de l’UA a appelé à la création d’une force militaire régionale de 7.500 hommes pour contrer le groupe islamiste.

Dénonçant « la brutalité sans nom » des miliciens de Boko Haram, M. Ban a estimé qu’il fallait une « coopération régionale et internationale » pour lutter contre le groupe.

Selon un diplomate, l’ONU pourrait envisager de participer à cette force régionale en y apportant « des conseillers et un appui logistique ».

Un responsable de l’UA a précisé qu’une réunion d’experts militaires africains aurait lieu du 5 au 7 février à Yaoundé pour discuter des modalités de cette force.

L’UA demandera ensuite une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU permettant le déploiement de la force, a précisé Smaïl Chergui, commissaire à la Paix et la Sécurité de l’organisation. L’UA envisage aussi de demander à l’ONU la création d’un fonds pour la financer.

Samedi, M. Ban a cependant ajouté que la force militaire ne serait sans doute pas « l’unique solution ». « Il faut s’attaquer aux origines profondes de la propagation de cet extrémisme violent », a-t-il poursuivi.

Selon AFP