Le général américain, quatre étoiles, David Rodriguez qui avait auparavant effectué plusieurs visites en Tunisie a révélé Mercredi 3 décembre 2014, l’existence de camps d’entrainement prés de Derna à l’Ouest de la Libye prés de la frontière avec l’Egypte, contrôlés par l’Etat islamique (EI) et accueillant quelques centaines de combattants. L’on sait que plusieurs tunisiens font partie de cette organisation. Selon Rodriguez, des nouveaux combattants affluent vers ces camps, mais il a essayé de minimiser l’importance et le danger qu’ils représentent probablement pour les troupes US. Ce sont pour la plus part des miliciens armés qui ont étés soutenus par l’OTAN dans sa guerre contre le régime de Khaddafi. Il a affirmé que pour le moment, ils ne constituent pas une cible pour l’armée américaine qui ne compte pas effectuer des raids pour les anéantir.

C’est l’Egypte qui s’inquiète le plus de l’établissement de ce « califat » prés de ces frontières d’autant plus que le pays est traversé par une vague terroriste. Lors de son voyage à Paris lors de sa tournée européenne, le Maréchal Essissi a demandé à la France d’intervenir militairement pour réparer les dégâts qu’a causés l’intervention française en Libye pour provoquer la cute du régime libyen. La France qui plaide pour « un règlement politique «  de la crise semble hésiter à s’engager dans un nouveau bourbier, après son enlisement au Mali. Le Mercredi, 4 Decembre à Khartoum au Soudan, les ministres des affaires étrangères des pays voisins de la Libye, lors de la réunion d’une commission de l’Union Africaine constituée à dessein, ont dans un communiqué plaidé pour « une solution politique » du conflit libyen dans le respect de « l’Unité » et la « souveraineté » . Pendant ce temps les avions du Général Khalifa after continuent à avancer jusqu’à bombarder les milices de « Fajr el Islam » des islamistes au poste frontière de Ras Djedir faisant des morts et des blessés. L’armée tunisienne a été tenu en état d’alerte et a vu ses effectifs renforcés pour réagir à d’éventuelles infiltrations de terroristes qui peuvent profiter de l’aubaine pour s’infiltrer en Tunisie. Les forces loyales à Hafter et au parlement libyen élu continuent à gagner du terrain et à s’avancer vers Tripoli pour la « nettoyer » des milices islamistes regroupées sous le drapeau du « bouclier de la Libye ». Ils continuent aussi à chasser les miliciens islamistes de Benghazi avec beaucoup des difficultés.